L’inquiétude parentale est le lot de tous les parents. Quand un enfant manque d’appétit ou refuse de manger, il est normal de s’en faire. Mais à quel point?

LES ENFANTS, L’APPÉTIT ET L’ALIMENTATION

La plupart des parents souhaitent que leur enfant mange sainement pour qu’il puisse bien se développer et être en pleine santé. Que notre enfant soit un nourrisson, un bambin, un enfant plus âgé ou un adolescent, il est normal de s’inquiéter lorsque nous remarquons des changements importants dans son appétit et ses habitudes alimentaires.

L’appétit des enfants peut varier considérablement d’un jour à l’autre, et même d’heure en heure! Ne soyez pas surpris si votre légendaire petit glouton lève tout à coup le nez sur son plat ou son aliment préféré. Comme vous le savez, les enfants fonctionnent beaucoup en suivant leur instinct. Ils sont souvent très à l’écoute de ce qu’ils ressentent, et cela vaut aussi pour la faim et le rassasiement.

Autre particularité : les enfants ont souvent une prédilection pour les aliments très sucrés et jugés moins bons par les parents. Ils ont par ailleurs une aversion naturelle pour la nouveauté alimentaire. Votre enfant a tendance à s’empiffrer de gâteau et à montrer peu d’intérêt pour le sauté aux courges et au tofu que vous lui avez concocté avec amour? Rien d’étonnant! Bien qu’il soit de votre responsabilité de lui faire découvrir les vertus d’une diète santé, donnez-lui et donnez-vous du temps. Quel que soit son âge, vous risquez de ne pas obtenir les résultats espérés en lui faisant la morale ou en lui mettant de la pression.

LES CAUSES D’UN MANQUE D’APPÉTIT

Il peut être tout à fait normal qu’un enfant ait moins d’appétit dans certaines situations, par exemple :

  • s’il est malade (rhume, grippe, otite, etc.);
  • s’il a une poussée dentaire;
  • s’il n’est pas dans une poussée de croissance;
  • s’il prend certains médicaments.

La médication est parfois à blâmer pour une perte d’appétit chez un enfant ou un adolescent, car il peut s’agir d’un effet secondaire. Par exemple, il est reconnu que les psychostimulants utilisés pour traiter le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) peuvent diminuer l’appétit et entraîner une perte de poids. Consultez votre pharmacien pour plus de renseignements à ce sujet.

AUTRES CAUSES POSSIBLES D’UN REFUS DE MANGER

À certaines phases de son développement, l’enfant apprend à s’affirmer et à devenir plus autonome. Par exemple, vers l’âge de deux ans, il se pourrait bien qu’il vous fasse des grimaces accompagnées d’un « NON! » catégorique. Rien n’est plus normal. Ne vous inquiétez pas : son corps lui enverra les bons messages quand il aura besoin d’énergie pour jouer, découvrir et apprendre. Rien ne sert d’insister; vous ne feriez qu’accentuer la résistance.

À l’adolescence, on assiste souvent aux extrêmes : le jeune mange comme un loup ou comme un oiseau, parfois même en alternance! La quête de la minceur peut aussi poser problème et influencer les habitudes alimentaires à cet âge. D’ordinaire, il n’y a pas lieu de s’inquiéter à outrance. Toutefois, certains adolescents, particulièrement les filles, peuvent développer un trouble alimentaire. Si votre ado refuse de manger, perd du poids ou adopte des comportements alimentaires particuliers, abordez la question avec lui (ou elle). Ne tardez pas à consulter un professionnel si vous le jugez opportun.

QUELQUES CONSEILS AU QUOTIDIEN

  • Attablez-vous pour les repas à des heures régulières.
  • Offrez des collations santé entre les repas.
  • Évitez les boissons très sucrées ou caloriques, qui coupent l’appétit. Limitez la consommation de jus de fruits, par exemple. Les boissons gazeuses n’ont aucune valeur nutritive et ne constituent pas un bon choix. Les meilleures options demeurent l’eau et le lait.
  • Encouragez votre enfant à manger les repas familiaux. Ne préparez pas de repas spéciaux juste pour lui. Autrement, vous vous trouverez vite pris dans un engrenage…
  • Ne cédez pas au chantage et à la négociation.
  • Ne forcez jamais votre enfant à manger, et ne le punissez pas. Encouragez-le et félicitez-le s’il mange bien ou essaie de nouveaux aliments. Le renforcement positif donne de meilleurs résultats qu’une approche punitive ou dévalorisante.
  • Lorsque vient le temps de manger, interdisez les distractions.
  • Lors des repas, créez une ambiance propice à la joie et aux échanges.
  • Montrez l’exemple à votre enfant. S’il vous voit manger sainement, avec une attitude positive, il apprendra à faire de même.

Si l’alimentation de votre enfant vous préoccupe, parlez-en à un professionnel de la santé. Il pourra vous aider à y voir clair, à mettre les choses en perspective ou à trouver des solutions si nécessaire. N’oubliez pas que votre pharmacien est toujours disponible pour discuter de la santé de vos enfants ou de la vôtre!

Voir la succursale près de chez vous!

Translate »

Pin It on Pinterest

Share This